Sur la question des transports en commun à Roanne: L’accès au centre de détention de Roanne.

Le collectif ALERTE s’est penché sur : L’accès  par les transports en commun au centre de détention de Roanne.
[La mise au point  a été proposée par Jean-Jacques Alex de l’AFAD (accueil des familles de détenus/]/
A partir de septembre 2014, la STAR  a modifié l’organisation des transports en commun sur Roanne.Alors qu’il existait jusque là une ligne régulière de bus qui desservait (entre autres) le centre de détention (un arrêt sur son parcours),  un tout autre système a été mis en place. La ligne F, * »optionnelle » et sur réservation »(une place nominative par personne) est censée assurer l’accès à la prison pour les personnes venant rendre visite aux détenus au « parloir » de la prison.
Le problème qui a très vite surgi c’est celui de l’adaptation de ce système de transport aux horaires du parloir de la prison (notamment pour les personnes venant d’ailleurs,   arrivant  à Roanne et en repartant par le train). La durée de la visite aux détenus est certes fixée et affichée (elle est de deux heures). Mais il faut aussi compter avec l' »appel » ( une demie heure en principe) qui précède la visite. Et puis il arrive aussi qu’une « fouille » soit imposée aux visiteurs à leur sortie du parloir, sans que cette éventualité soit prévisible, ni sa durée non plus…. Il est arrivé plus d’une fois que le visiteur ou la visiteuse constate  que le bus est déjà parti au moment où il sort du bâtiment…
De la part de la STAR,  il y a, à l’origine de ce nouveau dispositif, des considérations gestionnaires. Par rapport au territoire de la commune, le centre de détention est un « cul de sac »: il faut, pour y parvenir, faire le tour du Parc des sports; c’est un détour… Et puis il n’y a guère, en moyenne, que 6 personnes par jour qui empruntent cet itinéraire…Sauf qu’existe aussi, selon le principe du service public ,l’exigence de comprendre les besoins de la population et de s’y ajuster…
Remarques:
– 1) Il y a aussi une autre ligne -la ligne 1, ligne ordinaire- , qui permet, pour ceux du moins qui connaissent les lieux, d’accéder au centre de détention , à la condition de compléter l’acheminement par le bus par une marche à pied d’un bon kilomètre ( avant dernier arrêt de la ligne 1 -arrêt Condorcet-, puis  un chemin et un bord de route -près du château de Matel,  puis 500 mètres encore pour arriver à la prison…).
– 2) Pour les personnes handicapées aussi ce qui est proposé par la Star est du même ordre: « ligne optionnelle », à partir d’un appel téléphonique…
– 3) Les locaux d’Emmaüs ont été eux aussi, pendant un temps, desservis par une « ligne optionnelle ». Mais, suite à une réclamation du Collectif Alerte, ce dispositif d’exception a été supprimé… (Même chose aussi pour ce qui est de l’accès à la Maison de retraite de Villeret).

Jean-Jacques Alex doit rencontrer, à propos de ces questions, Mr Chervin (chargé de la question des transports au plan de l’agglomération) le jeudi 2 avril prochain.Il informera le Collectif Alerte du contenu de cet entretien et de ses résultats.
L’accès au parloir de la prison, la visite des détenus est un droit. Encore faut-il garantir les conditions de l’exercice effectif de ce droit…

Publicités