Accès aux soins , suite

En complément de notre post du 24 janvier ( Accès aux soins sur le roannais),  une réflexion de notre collègue le docteur Pailhe.:

Docteur Pailhe

Publicités

Vie associative, au delà de la question des subventions…

 

 

Le Conseil  Municipal de Roanne s’est penché ce jeudi sur les subventions allouées aux associations: même si certaines associations se voient reconduire à l’identique les sommes attribuées l’année précédente,  on constate une baisse tendancielle …

Soit par exemple pour le Secours Catholique et le Secours populaire : MOINS 16,6 pour cent !  La baisse des subventions à des  acteurs de la vie collective  est regrettable: difficile de répondre aux urgences du temps si se trouvent affaiblis ces outils d’action sociale que sont les associations.

Pour son compte, la section LDH de Roanne n’a pas déposé de demande de subvention à la Mairie de Roanne. Il ne s’agissait pas d’un oubli, mais notre décision avait un double fondement.

Notre demande pour l’année 2014 prenait en compte les besoins de notre permanence d’accueil et d’orientation. La complexité des démarches juridiques et le coût des accompagnements individuels nous avait conduit à souhaiter une augmentation sensible. L’orientation pour 2015 de notre travail, et en particulier la collaboration avec le Secours Catholique, a rendu ces accompagnements moins couteux. Nos besoins se sont donc transformés, et nous avons renoncé à une demande de subvention, ce qui nous fait d’autant plus regretter la baisse des aides à certains partenaires.

Nous avons décidé de ré envisager les sources de nos financements. Notre interlocuteur roannais, avec lequel nous sommes dans un conflit juridique sur les arrêtés anti mendicité,  nous semblait exposer dans ces pratiques et relations avec les associations (exclusion du Collectif Alerte du CCAS…) une conception trop éloignée de la nôtre, et proche d’une demande d’allégeance.

Reste que  pour nous , la question des subventions ne peut être le seul indicateur d’une politique municipale attentive à toutes les associations. L’absence du Collectif Alerte au CCAS nous a paru relever d’une décision discutable. Préjudiciable aussi la disparition de la Commission extra municipale « droits de l’homme », outil dont la précédente municipalité s’était dotée .Deux  associations de défense des droits présentes sur le roannais avaient  interrogé   des candidats à propos de la pérennisation de cette commission  au cours d’ un débat sur les racismes au moment  de la campagne électorale…

 

Rencontre autour du livre de Stéphane Lavignotte:  » Les religions sont-elles réactionnaires ? « 

Nous souhaitons, en invitant Stéphane Lavignotte, donner à penser la laïcité dans son rapport à la liberté de croire ou de ne pas croire,  de pratiquer ou ne pas pratiquer une religion, sans  réduire  le questionnement à la « visibilité » d’une seule religion. Il est gênant qu’aujourd’hui, parler de laïcité, ce soit, pour nos concitoyens, parler uniquement de l’Islam. Nous nous proposons de dialoguer autour du livre  de Stéphane Lavignotte : Les religions sont-elles réactionnaires ?  (édité chez Textuel). Il y avait pour qui connait l’histoire de la laïcité une évidence à inviter le pasteur Lavignotte. L’histoire de la liberté religieuse s’est nouée à celle du protestantisme. De Rabaud Saint Etienne, qui en 1789 réclamait « non pas la tolérance, (car) ce mot emporte une idée de compassion qui avilit l’homme, mais la liberté qui doit être la même pour tous », à Ferdinand Buisson, ce lien se vérifie. On sait  le rôle majeur de Francis de Pressensé, protestant,  président de la LDH  de 1903 à 1914, et proche de Jaurès, dans l’élaboration de la loi 1905, loi  fondatrice de la laïcité française. La rencontre aura lieu à la Maison de la Vie Associative  (à proximité de l’ex école de la Livatte), le 5 mars à 19h. Lire la note de lecture sur le livre Les religions sont-elles réactionnaires ?  (édité chez Textuel), en cliquant sur  Lavignotte