Pour ne pas renoncer… où on parle de quelques projets abandonnés…

Démocratie représentative ou démocratie participative, le sentiment du citoyen est que la décision politique relève du coup politique ( parfois à fort coût) et/ou du fait du Prince. Annoncées ou pas en période électorale, relayées  ou non ( bien ou mal) par les média, les décisions s’accumulent en début de mandat et les déceptions s’annoncent. En attendant, le débat démocratique se réduit à la polémique et à la rumeur. Ainsi à Roanne.

Depuis des années, des associations signalaient que s’imposait le relogement des habitants du quartier auto-construit de Benoit Raclet.  Cette alerte correspondait à des réalités connues et encadrées par des lois et des rapports. Une décision était prise par la Municipalité Déroche, était ce la meilleure? Reste que la Municipalité Nicolin a annoncé que le projet est arrêté. Soit, la situation restera t elle en état?

Soit, des roannais sont en grande difficulté par rapport au retour à l’emploi. Roannais Agglo construisait une démarche innovante avec ces personnes. Le service est supprimé, verra-t-on la démarche reprise par l’usage de subventions qu’il ne faudrait pas laisser s’échapper? En attendant, la question spécifique a t elle disparu des préoccupations des citoyens?

Soit un projet de Maison médicale sur le quartier Parc des Sports. On nous annonce en juin 2014 que le projet est abandonné. Ce type de projet serait-il sans intérêt?

Nous avons rencontré le docteur Lisa Otton qui a porté ce projet. Elle nous a raconté les aléas d’une démarche répondant pourtant à un appel à projet du ministère de la Ville sous Sarkozy. Elle nous a dit les rencontres avec les professionnels de santé. Les hésitations des politiques, voire les blocages. Elle nous a dit aussi les difficultés de négociation avec les bailleurs, mais aussi l’usage de la rumeur. Trois ans à tourner en rond autour de problèmes pourtant bien repérés (voir l’analyse proposée en réponse aux annonces d’abandon du projet en juin 2014, document joint).

De notre rencontre, nous avons retenu une figure de militante et de militante dotée d’une expertise. Il est significatif qu’elle ait  voulu commencer notre entretien en se présentant et en présentant ce qui l’a  conduit à choisir d’être médecin, mais aussi en présentant ses travaux (et ceux de son compagnon, également médecin). Donc d’abord une attention aux questions économiques de la santé, aux inégalités sociales de Santé… en 2010, une analyse sur l’Etat des lieux de la médecine sur le Roannais. Le projet de Maison de Santé ne sortait pas de rien, il sortait aussi des échanges syndicaux avec ses autres collègues… Lisa Otton nous a évoqué des expériences réussies dans d’autres villes… Allons nous la laisser partir porter sa volonté d’agir ailleurs? Allons nous laisser des personnes sans accès possible à un médecin référent?

Nos associations du Roannais se préoccupent de l’accès au logement (y compris adapté), de l’accès au travail des plus défavorisés, de l’accès aux soins… resterons nous sidérés  et bras ballants devant cette cascade de décisions?

maison de santé

Publicités